Articles

Affichage des articles du 2010

Jacqueline de Romilly ou la valeur de l'humanisme

Ces dernières semaines, nous nous sommes montrés peu prolixes. De même que nous l’indiquions dernièrement dans l’éditorial de Minerve lors de notre publication du 1e décembre, un tourbillon médiatique, déferlant sur le monde depuis peu, constituait la raison principale de ce silence: la crise économique tournant à la crise de l’euro, l’incapacité de la Belgique, membre fondateur de l’Union Européenne, à former un gouvernement, les révélations de Wikileaks et l’interpellation de son fondateur, ainsi que la montée de l’Islamisme avec pour corollaire l’émergence politique de Marine Le Pen, toute l’actualité semble s’affoler.
A l’heure où nous couchions ces lignes, nous venions d’apprendre le décès de Jacqueline de Romilly, grande dame de lettres s’il en fut, défenseur acharné de l’hellénisme, savante et humaniste. Cette nouvelle nous a bouleversés: nous perdons quelqu’un de précieux dont l’oeuvre a toujours visé à mettre en lumière ce que notre culture a de meilleur. Et, au-delà de l’oeu…

Editorial de Minerve – décembre 2010

Editorial de Renaud Mercier (paru sur Minerve - agence de presse)

Depuis plusieurs mois, le désir émergeait auprès de notre équipe de donner un nouveau souffle à Minerve (agence de presse). Si la formule initiale de notre hebdomadaire était parvenue à s’attirer un public fidèle autour de nos plumes, nous sentions qu’il nous faudrait ajuster le tir. Les événements de l’actualité de ces derniers mois ont précipité cette décision: la guerre des monnaies, la crise de l’euro, les distorsions de croissance délétères au sein de l’Union Européenne, les coups d’éclat de Wikileaks, la montée en puissance des nationalismes, et jusqu’aux arrestations récentes dans les milieux islamistes bruxellois, tout porte à croire que notre monde a perdu ses repères. Droguées aux crédits, les économies américaine et européenne se trouvent face à l’obligation de se réformer en profondeur pour trouver de nouveaux modes de croissance, et l’on sait que des choix qui seront faits, l’avenir dépendra. En attendant que …

Islande - de tristes records

Depuis quelques semaines, on avait lieu de croire que l'Islande cherchait à se faire oublier. On serait tenté de penser que la situation politique et économique serait en passe de s'améliorer, mais en réalité, il n'en est rien. Car le foule gronde. Cette même foule qui avait réussi à renverser le gouvernement de droite au lendemain de l'éclatement de la bulle de 2008 laquelle avait précipité l'île dans une crise sans précédent. En 2009, une coalition sociale-démocrate et écologiste voyait le jour, mais il faut croire que les électeurs n'ont pas été convaincus par l'action gouvernementale. Preuve en est les récentes manifestations qui animent le coeur de Reykjavik depuis la semaine dernière. Pour mémoire, on se rappellera que la crise tire son origine du taux d'endettement délirant de la majorité des Islandais: un grand nombre de personne avait contracté des prêts en devises avant l'effondrement de la monnaie insulaire, la couronne. Lorsque celle-ci a…

Nationalisme et régionalisme en Europe - des réponses inappropriées aux conséquences de la crise de 2008

Article paru sur Minerve (agence de presse)
Nous vivons décidément une période curieuse. A la faveur de la crise économique de 2008, tout ce que nous pensions certain, arrêté, stable, devient susceptible d'être remis en question. Le pacte de stabilité devait assurer la pérennité de l'euro, mais les mois écoulés ont contraint les grands argentiers à des opérations exceptionnelles pour éviter le naufrage de la Grèce et, partant, la survie de la devise européenne. Le Japon, en proie à un inextricable enlisement économique, vient de faire voler en éclats la discipline selon laquelle seules les actions concertées des banques centrales pouvaient se concevoir pour ajuster le cours des monnaies. L'Islande, naguère considérée comme un des pays les plus riches par habitant, dérive vers l'inconnu, jouant la montre et ignorant si elle devra, voire consentira à payer aux Néerlandais et aux Anglais les dettes colossales héritées du contentieux Icesave. La pauvreté croît aux Etats-Un…

Islande, Belgique, France - la fièvre xénophobe monte en Europe

Article paru dans Minerve (agence de presse) et Minorités.


Souvent dans Minerve et Minorités, nous avons eu l’occasion de revenir sur la montée du racisme et de la xénophobie en Islande. Ce sentiment diffus de crainte de l’étranger existait à l’état latent dans la société islandaise et s’est révélé pleinement à la faveur de la crise économique qui a éclaté en 2008. En Islande, la stigmatisation des minorités polonaises accusées de profiter des aides alimentaires (voir nos articles précédents) va bon train et a même déteint sur les autorités qui refusent le renouvellement des permis de travail de gens pourtant bien insérés dans la société. Désormais, c’est la ministre de la justice islandaise, Ragna Árnadóttir (gauche écologiste), qui se signale par un coup d’éclat et n’hésite pas à proposer une politique ouvertement discriminatoire et ségrégationniste à l’endroit des étrangers. Une fois de plus, nous devons ces informations à Grapevine, un des principaux médias anglophones de l’île qui…

Islande – les particules volcaniques, un danger pour le tourisme et autres petits scandales…

Paru simultanément sur Minerve (agence de presse)
Le début du mois de juin en Islande marque la fin de l’école et le lancement de la saison touristique. Les élèves délaissent les cahiers et partent en excursion nettoyer chemins et bords de mer pour redonner au pays cet air d’authenticité qui ravit les voyageurs. Mais cette année, si l’on se rendait sur la péninsule de Snæfellsness, on n’entendait, hier encore, guère d’autre langue que l’islandais dans la piscine thermale de Lýsuholsskóli: des touristes, on en rencontre, mais beaucoup viennent désormais de Reykjavík. La crise économique ayant frappé, les voyages sont devenus coûteux et l’on se rabat sur le tourisme local. Quant aux étrangers, ils semblent si rares cette année: l’éruption du Eyjafjallajökull a entrainé une vague d’annulation de réservations, et ceux qui n’avaient pas encore réservé leurs vacances ont probablement préféré différer leur projet et choisir d’autres destinations. La peur d’être bloqué en Islande en cas de nou…

Le “Meilleur Parti”, un démagogue à la mairie de Reykjavik?

La victoire écrasante remportée samedi 29 mai 2010 par le “Meilleur Parti” (Besti Flokkurinn) de Jón Gnarr lors des élections locales islandaises, passerait presque pour un non-événement. Crédité, jeudi 27 mai 2010, de plus de 30% des intentions de votes par le sondage paru dans Morgunblaðið, le principal quotidien islandais, le nouveau parti semblait promis à une entrée fracassante à la mairie de Reykjavík. Et c’est effectivement ce qui s’est produit: d’après le site de RÚV (chaîne de télévision publique), remportant 6 sièges sur les 15 à pourvoir, Jón Gnarr a éclipsé tous les partis traditionnels: parti de l’Indépendance (droite – 5 sièges), les Sociaux-Démocrates (gauche – 3 sièges), les Ecologistes (1 siège) et le parti du Progrès (centristes – pas de siège). Dans un pays qui ne compte qu’un peu plus de 300000 habitants, et dont la seule capitale concentre plus de la moitié de la population, la mairie de Reykjavik, avec ses 85808 électeurs, possède une représentativité nationale ex…

Hais-tu l'Islande?

Les lecteurs assidus de Minorités ou de Minerve (agence de presse) ont certainement pu remarquer que Nicolas Jacoup et moi-même jetons un regard plutôt critique sur l'Islande contemporaine. A ce titre, notre dernier article sur le revirement homophobe de l'Eglise d'Islande à l'endroit du mariage des gays et lesbiennes, actuellement débattu à l'Alþing (parlement islandais), s'inscrit dans cette démarche. D'ailleurs, un ami proche, islandais au demeurant, me demandait naguère, alors que nous essuyions de lourdes déconvenues avec les autorités douanières au sujet de notre véhicule, si je haïssais l'Islande. La crise financière, appelée "kreppa" ici, venait alors d'éclater et commençait son terrible et profond travail de sape sur l'île nordique. J'avais répondu à mon ami que la colère que suscitait en moi ce que je considère comme des aberrations dans le système fiscal islandais, ne remettait nullement en cause ma vision sur l'ense…

Editorial de Minorités - la délation en Islande

Une brève récente, trouvée sur un média islandais, a récemment soulevé en moi un haut-le-coeur: en proie à une vague de fraudes, une compagnie d'assurances, officiant sur notre île nordique, a décidé d'inciter les gens à dénoncer anonymement ceux qu'ils suspecteraient de procédés déloyaux envers la compagnie. Directement, des souvenirs de lectures, de vieilles connaissances enfouies dans ma mémoire et devenues, certainement, structurantes de ma personnalité, ont ressurgi en me rappelant aussitôt à de fameux et souvent tristes épisodes de l'histoire européenne: les sycophantes athéniens, les proscriptions de Sylla, le rejet dédaigneux des témoignages anonymes par l'Empereur Trajan, la Terreur, et, bien entendu, l'infâme Deuxième Guerre Mondiale.  Car du fait qu'elle bafoue, au nom d'un soi-disant préférable "la fin justifie les moyens", les droits et devoirs de l'accusation comme de la défense, assurés par les institutions étatiques que sont…

Zone euro – les réformes sans les déficits

Dans ses éditions des 11 et 12 mai 2010, le quotidien français Le Monde a largement couvert le plan de sauvetage de la zone euro qui vient de naître le week-end dernier sur fond de crise aiguë. Désormais, si le plan entre en fonctionnement en l'état, les pays de la zone euro qui ne parviendraient plus à se financer sur les marchés, pourraient demander l'aide de la commission européenne. Celle-ci pourrait lever jusqu'à 60 milliards en son nom propre en mutualisant la signature d'autres pays de l'Union. En ajoutant prêts bilatéraux et aide du FMI, ce n'est pas moins de 750 milliards qui seraient mis à la disposition de pays en difficulté. En contre-partie, les états qui bénéficieraient de ces prêts de substitution, devraient -intervention du FMI oblige- accepter des plans drastiques de restructuration budgétaire. Enfin, la BCE a décidé d'un programme de rachat des titres obligataires d'états en désamour avec les marchés. Au-delà de cette victoire à la Pyrr…

Islande-zone euro: nécessité fait loi...

Les années que nous passons en Islande, s'avèrent, décidément, bien singulières. Lorsque nous sommes arrivés le 31 juillet 2008, nous ignorions qu'une crise économique d'une ampleur inédite se préparait et allait emporter deux mois et quelques jours plus tard le mirage de l'Islande fortunée, et, avec lui, les illusions dont nous nous bercions au sujet des succès de la société viking: en dernière analyse, elle ne différait pas particulièrement de la plupart des pays que nous connaissions déjà... Non, le resserrement des liens sociaux dû à sa faible population, très homogène du fait de l'insularité, ne la préservait nullement des affres de la cupidité. Au contraire, l'enrichissement rapide que venaient de connaître les Islandais, encourageait l'émergence d'une classe de nouveaux riches dont les châteaux, boursoufflés à l'air de l'endettement, se dégonflent désormais comme de ridicules baudruches. Quant à la majorité des autres, par souci de préser…

Belgitude en déroute

Une fois n'est pas coutume, votre serviteur écoutait la Première, station de radio belge. J'y ai appris les détails qui entouraient la démission du gouvernement fédéral. Je me suis aussitôt étonné de ne rien ressentir de particulier: ni colère, ni joie, ni dépit. Force m'est d'admettre qu'il y aura bientôt une quinzaine d'années que j'aurai quitté la Belgique. Avec le temps, j'ai tissé d'autres liens et ce n'est pas sans un sentiment d'étrangeté que je constate mon acculturation. Oui, la Belgique, celle dont j'entends parler sur les ondes, me semble quelque peu étrangère et je mesure à quel point l'éloignement et le temps peuvent avoir raison de la familiarité. Pourtant, l'un de mes fils, prunelles de mes yeux, vit dans le plat pays, ainsi qu'une poignée d'amis de toujours que je chéris à un point qu'ils ne sauraient imaginer. Mais il faut croire que l'intensité de ces sentiments ne suffit pas à entretenir le lien…

Minerve (agence de presse) - libre expression contre médisances...

Image
La semaine dernière a vu la naissance d'un nouveau projet: la naissance de notre propre média, Minerve (agence de presse) que l'on peut retrouver également sur Facebook  et Twitter. L'idée d'écrire des articles remonte à loin dans notre famille. Tant Nicolas que moi-même avons l'habitude de nous exprimer sur nos blogs respectifs. Certes, le désir d'écrire des contributions plus construites et structurées nous chatouillait depuis longtemps, mais, dernièrement encore, il nous manquait un canal et un guide pour nous exprimer avec pertinence. Notre rencontre avec Didier Lestrade et Laurent Chambon qui nous ont invités à écrire pour Minorités, a été décisive: ils nous ont fait confiance, ont cru en nous et aidés à publier nos premiers articles sur l'Islande. Et il y avait beaucoup à dire sur ce sujet-ci. Enfin, nos analyses, notre étonnement, nos colères aussi trouvaient un exutoire constructif.  Ces articles ont été bien accueillis en général et c'est toujou…